Le lait maternel et l’allaitement en quoi est-ce primordial pour la santé de l’enfant et de sa future santé ?

On le sait déjà bien assez, le lait maternel a une richesse en nutriments, il y a plus de 200 composants. Cela t’intéresse ? J’en parle déjà dans un article précèdent =>> En quoi le lait maternel est bénéfique pour Bébé et Maman ?

Dans cet article, je vais parler un peu plus en détail de l’importance de donner le sein dès la naissance d’un point de vue plus physiologique.  En quoi cela va aider sur la santé du bébé, l’aider à se prémunir et aussi en quoi cela va aider sa santé future. 

Ça t’intéresse ? On continue alors let’s go

Les premiers jours de bébé 

Dès la naissance le système du nouveau né est mis à rude épreuve. Tout un nouvel environnement s’offre à lui. Tous ses sens s’éveillent et se mettent en marche pour découvrir et appréhender ces changements. 

Les changements se font aussi en interne. Pendant 9 mois, le foetus a été nourri par sa mère via le cordon ombilical. Elle a pu lui fournir le nécessaire en nutriments pour se construire, mais dès le J-0 tout son système va évoluer pour fonctionner seul et de façon indépendant. 

Par quoi la santé de bébé passe ? 

On le sait, la première protection de bébé va être le colostrum (article ICI), cet élixir est produit dès le second trimestre de grossesse et se trouve être riche en nutriments et anticorps. Ces anticorps sont sa première protection pour lutter contre les agressions extérieures mais pour aussi prévenir sa future santé. 

Le Colostrum permet également du fait de sa composition d’aider à éliminer le méconium. Libéré du méconium, le système digestif de bébé va pouvoir se lancer. 

Et le saviez-vous ? Dès les premiers jours et pour toute sa vie, sa flore intestinale va se construire et évoluer. 

Qu’est ce que la flore intestinale ? En quoi est-elle importante pour notre santé et celle de bébé ? 

La flore intestinale est un ensemble de micro-organismes présents au niveau des intestins. Ils sont en symbiose avec le corps et contribuent au bon fonctionnement de l’organisme et notamment de la digestion. 

Cette flore (pour tous, adultes et enfants) est constituée de trois couches de bactéries. La première couche découle de nos premiers jours de vie et du colostrum puis du lait « maternel » (pas artificiel). Tu vois où je veux en venir ?

La deuxième couche a été construite via notre alimentation lors des 15 dernières années (où derniers jours pour bébé). Et la troisième couche découle des trois dernières semaines. 

Revenons à notre première couche de bactéries, elle est formée par le colostrum et le lait maternel. Il est donc important de pouvoir donner à minima le colostrum à bébé. Celle-ci sera ensuite recouverte de la seconde puis troisième couche. On ne pourra plus y agir, si elle est détruite par une prise d’antibiotique trop forte par exemple, on ne pourra la restaurer totalement surtout pour le tout boutchou. Le lait maternel permettra dans tous les cas d’aider à se restaurer au mieux mais comme le lait maternel remplace le colostrum au bout de 3-5 jours on ne pourra plus bénéficier des bienfaits du colostrum. 

Venons en maintenant au fait de son importance sur notre santé. 

La flore intestinal comme dans sa définition aide au bon fonctionnement de l’organisme. Elle aide à la digestion notamment des aliments ingérés. Elle permet également de lutter contre les bactéries pathogènes, car plus les bonnes bactéries sont en places moins les bactéries pathogènes ont de capacités à vivre.

Les bonnes bactéries permettent aussi la bonne perméabilité intestinale soit le bon fonctionnement et le passage des nutriments dans l’organisme

Une fois ce système déstabilisé, tout un dérèglement du système immunitaire peut se faire créant alors des inflammations en tout genre (otittes, rhino-pharyngites, gastro-entérite…).

La flore intestinale est fragile et surtout une fois détériorée, elle est difficile à restaurer. 

Pour la restaurer, il faut bien manger avec de bonnes combinaisons alimentaires, bien respirer. 

Ce qui induit pour nos bébés de leur donner ce qu’il y a de plus riche pour eux, le colostrum et le lait maternel. 

Voilà pourquoi cela les aide à se prémunir contre certaines pathologies. Alors oui, cela ne les empêchera pas d’en avoir dans leur vie, même dès petit, mais selon toutes les études menées, ils sont moins malades et moins souvent.

Il existe bien évidemment des compléments alimentaires pour aider la flore intestinale à se restaurer même chez les tout-petits. Si cela t’intéresse tu peux me contacter par email. 

As-tu compris en quoi l’allaitement peut aider à prémunir la santé de bébé et sa santé en tant qu’adulte ?" En résumé, cela prépare un bon terrain pour une bonne digestion et une bonne assimilation des nutriments pour le système immunitaire. 

Voilà voilà si tu as des questions n’hésites pas et si tu attends bébé pour cette année et que tu souhaites avoir des astuces pour bien démarrer ton allaitement je t’offre ici mon e-book sur « 7 astuces pour démarrer sereinement son allaitement ».

L’importance de l’allaitement dans le monde

Le lait maternel est puissant, nous ne savons pas encore toute l'étendue de ce qu'il apporte aux nourrissons. 

Cette conférence de Katie Hinde au TedWomen 2016 en est encore une preuve. 

Elle rappelle d'une part que le lait n'est pas seulement nourricier mais que c'est également un médicament, un afflux de sentiments qui est transmis pour le bon développement du bébé. 

La richesse du lait maternel permet d'une part de nourrir l'enfant avec une multitude de composants, mais c'est aussi ce qui l'aide à façonner son cerveau ainsi que de construire et protèger le tube digestif en nourrissant bénéfiquement les microbes de ce dernier. 

Le lait maternel est à ce jour peu étudié ; dans sa conférence elle explique que c'est même moins étudié que le café ou le vin. Cette scientifique rappel alors l'importance d'étudier ce premier fluide qui est ingéré dés la naissance. Mais qu'il est également important d'en parler rapidement autour de la future maman. Que l'on parle alors des médecins, sages femmes qui devraient dés lors être plus avertis sur le sujet et l'importance de l'allaitement maternel. 

Elle rappelle très bien que cela en va de la Santé publique. Car le lait maternel a la capacité de protéger, renforcer l'humain. Mais pour ce faire, il faut que dés le début tout le discours évolue. Il faut que les gens comprennent l'importance de ce geste et surtout aider les jeunes mères. 

Je vous laisse découvrir cette belle conférence qui est un très bon rappel. 

N'hésitez pas à la partager. Soyons fortes ensemble !! 

J’espère que cela t’aide à comprendre certaines choses et si tu ne l’as pas encore fait ; je t’invite à télécharger mon E-book « 7 astuces pour démarrer un allaitement sereinement ».

L’AAA ou Aversion Agitation pendant l’Allaitement, je vous dit tout

Souvent on imagine un allaitement magnifique sans encombre, créant un lien invisible avec l’enfant. Oui ! c’est vrai enfin c’est en partie vraie car pour autant, comme dans la vie tout n’est pas rose. Déjà lors de mon premier allaitement, j’ai pu connaître quelques difficultés, j’en parlerai dans un prochain article mais j’ai su m’en sortir, tout comme pour mon aversion.

Je me suis souvent demandée si j’étais normale, mais oui lis bien cet article tu peux avoir une aversion et tu es normale. 

Qu’est ce que l’aversion ou agitation pendant l’allaitement ?

En acronyme, vous retrouverez ce terme en AAA pour Aversion ou Agitation pendant l’Allaitement, en anglais c’est BAA pour Breastfeedind Aversion and Agitation ou NA Nursing Aversion. Bref, allons plus en détails.

L’AAA peut arriver à tout moment de l’allaitement, au début dès les premiers jours, durant une seconde grossesse ou pendant l’allaitement en tandem (co-allaitement). Cela varie !!

Pour ma part, j’ai su mettre les mots sur ce sentiment lors de mon allaitement en tandem. J’ai en effet mon ainée, à l’époque avait 2 ans, qui tétait encore et ma seconde qui venait de naître qui bien sûr ne prenait que le sein. Et des sentiments négatifs sont apparus lorsque j’allaitais les deux au bout de quelques mois. 

Que ressent-on lorsque nous avons une AAA ? 

Cela se manifeste par des émotions négatives telles que de la colère, de la rage, une réaction épidermique, l’envie de repousser l’enfant du sein. Pour certaines c’est plus de l’agitation, du mal à rester en place avec de l’irritabilité qui monte lorsque le bébé tête. 

Dans tous les cas le contact au sein, des douleurs ou sensations physiques désagréables semble être le déclencheur. 

Les émotions ressenties sont souvent dirigées vers le plus grand des deux enfants, comme s’il n’avait plus besoin de téter. Et en effet, mon AAA s’est déclenchée pour l’allaitement surtout de mon ainée que ce soit en co-allaitement ou en allaitement sans sa soeur. Dès qu’elle souhaitait me toucher la poitrine lors de la tétée ou jouer avec mes cheveux ou autre, une envie de la repousser me prenait. Pour autant, par choix personnelle et conviction je n’ai pas voulu la sevrer car j’ai bien vu qu’elle en avait encore besoin pour son bien-être physique et mentale. 

Quelle est la cause de l’aversion ? 

A ce jour, ce sont plus des hypothèses qui ont été émises. Je vous les énonce ci-dessous : 

  • Une carence en nutriments : la mère carencée, en manque de sommeil peut être déséquilibrée et son corps tiraillé par ces manques lui ferait comprendre d’arrêter l’allaitement. 
  • Les douleurs au sein, frein de langue, candidose peuvent aussi entrainer une succion désagréable et causer un conflit moral pour la mère. 
  • Un déséquilibre hormonal pourrait être un déclencheur comme lors d’une ovulation ou des cycles menstruels. Lors de ces périodes, les sensations physiques évoluent et une tétée peut devenir plus irritante. 
  • Le vécu social et personnel peut aussi être pris en considération. Le stigma social, se sentir à l’écart des normes ou avoir un vécu ou contexte difficile peut être le déclencheur. 

Je vous avoue que dans mon cas cela a peut-être était causé par une carence nutriment avec surtout un manque de sommeil. Mais qui sait ?? 

L’important c’est comment aider à diminuer, éliminer ces sentiments. 

Qu’est ce qui peut aider à lutter contre l’AAA ?

Premièrement, il est important de se connaître, anticiper le moment. Eh oui pour comprendre le déclencheur d’une part et du coup tenter de l’éliminer si c’est une carence en nutriment ou un déséquilibre hormonal. Et d’autre part pour pouvoir se renseigner afin de faire le nécessaire. 

Deuxièmement, voir pour corriger les prises au sein les positions, discuter avec le grand s’il est dans la capacité de comprendre. On peut aussi trouver une distraction, faire autre chose comme lire, écouter de la musique etc… 

Mais ce qui est important et ce qui, moi m’a aidée, c’est revoir les piliers de la santé. Ce qui pose par prendre soin de soi, comme reprendre le sport et s’octroyer par exemple un massage régulièrement (pour moi 1x par mois). Et avant tout revoir aussi les bases de son alimentation. Pour certaines personnes il sera peut-être important de se supplémenter, en magnésium, vitamine D etc… Un conseil voir un ou une naturopathe. 

Pour ma part, j’ai réussi en discutant avec ma grande et en agissant sur mes piliers de la santé. Alors oui des fois j’en ai encore mais je sais que cela m’arrive quand je suis fatiguée, triste, à bout. Alors je me force sur le moment en lui expliquant qu’elle ne doit pas pousser et après cela passe. 

A ce jour, il manque encore de la recherche mais si vous agissez sur les piliers de la santé et surtout si vous agissez sur votre bien-être celui-ci se répercutera sur votre ou vos enfants. 

Cet article vous a intéressé ? Il vous parle ? Vous souhaitez témoigner ? N’hésitez pas à donner vos conseils retour si vous avez vécu cela.

Merci de m’avoir lu. 

Attention au sevrage précoce des fêtes !!

Les Fêtes n’ont jamais été aussi proches !! Noël et la Saint Sylvestre sont de bons moments en famille ou entre amis. Souvent c’est également le moment de rencontrer Bébé fraichement né. Mais attention, pour un bébé de moins de 1 an il y a certaines précautions à prendre.

Les besoins d’un bébé allaité

Selon l’OMS, l’allaitement jusqu’à 6 mois de la vie de bébé est crucial. Les bébés ont en effet un grand besoin de leur maman pour, dans un premier temps, se nourrir et, dans un second temps, se réconforter. Le lait maternel leur apporte beaucoup pour lutter contre les agressions extérieures comme les maladies infantiles…

Les fêtes un moment conviviale mais intense

On aime les fêtes, voir la famille, les amis. Présenter bébé, manger un bon repas… Mais souvent les fêtes sont aussi un moment un peu stressant pour certains au moment de la préparation du repas, etc… Et cela peut entrainer rapidement et sans s’en rendre compte une grève de l’allaitement chez notre bébé voir même un sevrage précoce non désiré. 

Pourquoi ? Car ton mini-toi peut passer de bras en bras, tu peux être trop occupé à préparer ton repas et bébé aura moins de réconfort… Et tout peut aller très vite. Il est important pour bébé et pour toi de prendre le temps de vous poser pour chaque tétée. 

Eviter, un sevrage précoce !

J’ai beaucoup apprécié ce « warning » de la Lèche league. Je me suis alors dis, qu’il serait important pour toi si tu souhaites éviter ce sevrage précoce, qui arrive plus que l’on ne le pense, de te remettre l’article à ce sujet et de suivre les conseils des experts de la LLL. Découvrez ci-joint le pdf de la LLL.

L'allaitement t'intéresses ? Tu veux débuter ton allaitement sans stress ? Tu souhaites découvrir des conseils et astuces pour être sereine par rapport à ce moment ? 

Découvre mon E-book gratuit sur "7 conseils pour débuter sereinement un allaitement". C'est simple, mets ton email ici et cliques sur valider 😉 tu n'auras plus qu'à suivre les instructions. 

Préparation des seins ? Oui ou non ?

Tu l’as senti ? Tes seins ont, dès le début de ta grossesse, commencés à changer. D’ailleurs, c’est peut-être eux qui t’ont alerté du petit événement à venir.

Tu te demandes peut-être s’il faut donc préparer les seins avant un premier allaitement. Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises réponses.

Pour ma part, oui je m’y suis préparée. Comment ? Tout simplement en m’aidant de quelques outils.

Prendre soin de ses seins

Avant de commencer à allaiter, il est bénéfique de prendre soin de ses seins comme de sa santé. C’est comme prendre soin de sa peau. La poitrine subit en effet quelques changements et son élasticité est mise à rude épreuve.

3 points importants :
  • Munis-toi de bons soutiens gorge léger ! Jusqu’à la naissance, tu peux utiliser des soutiens-gorges avec armatures. Ce que je recommande, en revanche, pour les premières semaines d’allaitement c’est de passer sur un soutien-gorge sans armature. Les montées de lait peuvent être douloureuses et importantes en fonction des besoins de bébés et les armatures seront alors plus gênantes qu’autre chose. Petit conseil pour le début, gardes ton soutien-gorge la nuit.
  • Hydrater sa peau ! Pour un bon maintien et pour un bon retour à la normale, il est fortement conseillé d’hydrater la poitrine. Avec une crème ou avec une huile la plus neutre possible. (Tous les produits pour préparer ses seins sont sur cette page). Chose importante, ne masses pas l’aréole et le mamelon avec des huiles ou autre crème que je recommande (Relax Isotonic). Ceci afin d’éviter de boucher les pores de la peau et de risquer une infection ou autre. Alors, préparer sa poitrine et ses mamelons peut aider à renforcer ces derniers, néanmoins ce n’est pas ce qui évitera les crevasses. Elles sont les conséquences d’une mauvaise position de bébé.
  • Nettoyer votre peau à l’aide de gel doux ou rincer à l’eau pure. Les savons peuvent être desséchant et donc abîmer votre poitrine.

Masses ta poitrine pour les préparer

Le massage est un bon moyen de se détendre et d’hydrater. Tous les soirs, avant de te coucher, tu peux masser à l’aide d’un soin proposé (ICI). Ça peut être un moment en couple aussi ;). Ce n’est pas parce que tu es enceinte que c’est interdit. Libre à toi !

Voici comment j’ai fait et comment tu peux faire :

Commence à te masser en partant du sternum, descend ce dernier et passe sous la base du sein puis remonte jusqu’aux aisselles en contournant le mamelon. Masse le sein droit avec la main gauche. Et vice-versa la main droite masse le sein gauche.

Ce massage peut-être pratiqué avant l’allaitement puis pendant. Il faudra simplement bien nettoyer les mamelons à l’aide d’un coton humide et de l’eau ou de l’argent colloïdal (j’en parle dans les produits) avant chaque tétée.

Tirer du colostrum ? Utile ?

Vers la fin de la grossesse, il se peut que tu vois quelques gouttes sortir de tes mamelons. Un liquide blanchâtre, c’est du colostrum. Personnellement, je n’en ai pas eu qui sortait tout seul lors de ma première grossesse, j’avais pourtant essayé. Je pense tout simplement que je n’avais pas la bonne technique pour exprimer le colostrum. Exprimer = tirer son lait.

Certains médecins préconisent d’exprimer un peu tous les jours, mais il n’y a jamais eu d’études scientifiques ou de comparaisons qui démontraient les bienfaits de cette action. Il est dit que ce serait pour éviter un risque d’engorgement ou de mamelons douloureux. Dans un sens, certainement mais dans un autre tant qu’il n’y a pas de montée de lait, il y a peu de risques d’engorgement.

Mais si tu es curieuse, rien ne t’en empêche !! Ce n’est pas négatif en soi. La preuve, lors de grossesse pendant un allaitement. Ce que j’ai eu. L’enfant né tète toujours et le développement du nourrisson perdure sans aucun souci. Fait important, le lait produit se fera toujours en priorité de l’enfant à naitre. Ainsi lorsque j’attendais ma seconde, mon ainée a ressenti le lait changer au fur et à mesure jusqu’à avoir du colostrum. Chez certains enfants cela entraine le sevrage et chez d’autres non. La mienne ne s’est pas sevrée ^^

Voilà mam, j’espère que cela t’aide et si tu ne l’as pas encore fait ; je t’invite à télécharger mon E-book « 7 astuces pour démarrer un allaitement sereinement ».

Visualiser son allaitement pour se préparer pour le grand jour

Non je ne suis pas une folle !!! Peut-être un peu 😀 Mais croyez moi la visualisation est un outil de notre cerveau très très puissant.

Pour commencer, pour celles qui ne connaissent pas la visualisation voici quelques explications :

Il a été prouvé par les expériences et les recherches en neurosciences que nous avons 4 cerveaux (soit 4 parties). Ces quatre parties doivent toutes être activées pour pouvoir réaliser un objectif. Et l’allaitement, TON allaitement est un objectif.

Ainsi nous retrouvons bien les fameux deux hémisphères, avec le corps calleux qui les sépare ; le cerveau gauche (qui dirige toute la partie droite du corps) et le cerveau droit (qui dirige toute la partie gauche du corps). Non non je ne me suis pas trompée 😉

Au delà, de ces deux cerveaux, les neurosciences ont récemment démontré qu’on stimulait d’autres parties de notre cerveau, peu décrite avant, pour pouvoir atteindre des objectifs.

Il y a donc aussi le cervelet (qui gère la notion de mouvements et de gestes), et le cerveau médian (qui gère les émotions). 

Maintenant, tu te demandes peut-être pourquoi je parle de visualisation et en quoi cela peut t’aider ?

C’est simple, notre cerveau ne fait pas la différence entre une expérience vécue et une expérience imaginée de toutes pièces (à la condition que cette imagination ait été bien faite, j’y reviens plus tard).

Et les neurosciences ont prouvé que si nous réalisions des visualisations en impliquant bien nos quatre parties du cerveau, nous aurions 7 fois plus de chance de réussite supplémentaire vis à vis de notre objectif.

Dans le cas où on n’impliquerait pas l’ensemble de notre cerveau, notre conscience considérera l’expérience comme non crédible et développera alors de la résistance. Cette résistance entrainera à son tour un travail sur la volonté. Qui est plus difficile que la visualisation.

Qu’est ce qu’une bonne visualisation ou une super réalisation ?

Je vais vous partager ce que David Lefrançois coach, formateur, chercheur en neuroscience propose. La visualisation, c’est impliquer la création et la modification d’expériences imaginaires mais pas seulement en « vision ». On doit également impliquer le toucher, le sentiment, le mouvement, l’audition, l’odorat, le goût, les émotions, les pensées et l’intuition. En d’autres termes, il faut que tout notre cerveau soit stimulé pour lui faire réellement vivre l’expérience. 

Alors voyons maintenant comme bien réaliser cette imagination et expérience.

  1. Tu dois dans un premier temps, détailler ton objectif (ce qui implique ton cerveau gauche). Tu dois te dire par exemple : je veux allaiter, être calme, que mon enfant soit collé à moi lors de ce moment, tu peux imaginer ton enfant blond, brun, peu de cheveux, les yeux fermés ou ouverts à te regarder. Te voir assise ou debout avec bébé dans les bras…
  2. Tu imagine que tu le fais (ce qui implique ton cerveau droit) : peut-être que tu ressens le lait s’écouler de ton sein pour aller dans la bouche de ton bébé, tu ressens la bouche de ton bébé sur ton sein. Tu ressens le siège dans lequel tu es assise, le coussin d’allaitement sur tes jambes…
  3. Tu dois impliquer ton cervelet en imaginant les petites mains de bébé toucher ton sein, toi caressant sa petite tête ou en tenant sa main.
  4. Imagines l’émotion que tu ressens lors de ce moment (cerveau médian). Tu es heureuse et sereine. Bébé est calme et au chaud dans tes bras. Tu es apaisée et détendue.

Voilà, c’est ça une visualisation. Tu veux en savoir plus sur ça je t’invite à découvrir les vidéos de David Lefrancois sur sa chaîne Youtube.

Après, bien évidemment tu auras toujours des découvertes le jour J et les premiers jours car la visualisation augmente les chances de réussite mais ne fait pas tout. Mais moi je l’ai tenté pendant mes grossesses et je suis presque sûre que cela m’a fortement aidé pour mes débuts à la maternité. Notamment par rapport au vécu de ma grossesse (c’est une autre histoire) mais sans la visualisation je ne sais pas si j’aurais pu aussi bien la vivre.

N’hésites pas à me poser des questions ou à me dire en commentaire ce que tu as ressenti si tu as essayé. À bientôt, les futures ou jeunes mam’s.

PS : si tu ne l’as pas encore et que cela t’intéresses, télécharge mon E-book gratuit sur « 7 astuces pour démarrer un allaitement sereinement » (Ci-dessous). 

En quoi le lait maternel est bénéfique pour Bébé et Maman ?

Le lait maternel est un élixir. Oui, une potion magique que ce soit pour bébé et maman.

Connais-tu la composition du lait ? C’est une bonne question.

D’abord, il faut savoir que le lait maternel varie tout au long de l’allaitement en fonction du petit bout qui en a besoin. Sa composition reste semblable seules les teneurs varient.

Composition du lait maternel :

Il y a plus de 200 composants dans le lait, on y retrouve :

  • des protéines (non allergènes) spécialement dédiées au bon développement de bébé. Ces dernières sont très assimilables et faciles à digérer.
  • du bon sucre et du bon gras pour booster les cellules de petit bout.
  • des vitamines et minéraux dont la vitamine C ; nécessaire pour la bonne fabrication du collagène qui entre en jeux dans la fabrication des tissus conjonctifs. Comme les ligaments, les os, la peau… En minéraux, on peut donner comme exemple le FER qui est très important. Ce minéral est essentiel pour l’hémoglobine et la myoglobine deux substances vitales.
  • des enzymes, qui aident à la bonne digestion.
  • mais aussi des acides gras essentiels pour le bon développement du cerveau et de la vision.
  • des anticorps et molécules antimicrobiennes. Pour que petit bout soit aidé à se défendre contre les bactéries et virus.
  • d’hormones et facteurs de croissance. Ces derniers stimulent la croissance et le développement du système digestif et du système immunitaire.

La composition ne fait pas tout

Cette liste est non exhaustive, car à ce jour on ne peut pas encore tout décrire de la composition du lait maternel. En effet, on sait que certaines substances et informations cellulaires sont transmises par le lait maternel et qu’on ne peut reproduire dans le lait artificiel. Ces dernières, malgré une composition très proche, ne se retrouvent donc pas dans les laits artificiels (tout comme les anticorps, les facteurs de croissances et les cellules vivantes).

Cette photo est pour moi très parlante. Au départ c’est une vidéo postée par Jansen Howard, et cette dernière a fait le tour du monde.

Photo montrant une vue au microscope du lait maternel vivant pleins de cellules bougeant et le lait artificiel avec aucun mouvement et cellules.

Cette jeune maman a comparé le lait maternel et le lait artificiel au microscope.

Sur la photo, on peut voir deux vues de laits, en haut le lait maternel et en bas le lait artificiel.

On peut rapidement se rendre compte que le lait maternel comprend beaucoup de cellules. Et sur la vidéo on les voit bien bouger.

Sur la coupe du bas, on peut apercevoir quelques amas dans un liquide trouble. Mais en mode vidéo, on peut vite se rendre compte de la non-activité de ces amas.

Tout cela pour dire que l’on voit bien que le lait maternel est vivant alors que le lait artificiel est mort.

En quoi le lait maternel est bénéfique pour la santé de bébé ?

De nombreuses preuves scientifiques démontrent les avantages liés à l’allaitement.

Par exemple : les bébés allaités sont moins souvent touchés par des maladies infectieuses du type gastro-intestinale.

Les bébés ont un risque moins élevé d’infection des voies respiratoires, car le lait maternel permet de diminuer les pneumonies, otites et bronchiolites. Grâce aux anticorps et vitamines qui le contiennent.

Il y a également une réduction du risque du syndrome de la mort subite du nourrisson. Syndrome encore peu expliqué, mais qui pourrait être lié à une défaillance de la sérotonine. L’allaitement exclusif d’au moins 6 mois permet de prévenir ce danger.

Le lait maternel étant constitué pour une bonne digestion et une bonne absorption par l’enfant avec des minéraux et enzymes spécifiques ; il permet d’avoir un effet protecteur sur les maladies dites inflammatoires comme l’eczéma, le diabète de type 1, les maladies des intestins et tout ce qui entoure les allergies et l’asthme. Toutes ces pathologies sont liées à la digestion et au bon fonctionnement des intestins. Nous y reviendrons dans un futur article. 😉

Tout comme la prévention sur les maladies inflammatoires, le lait maternel permettrait de diminuer le risque d’obésité. Ce qui serait lié aux bons apports de vitamines, minéraux et enzymes à l’organisme du petit pour qu’il crée un bon système digestif.

Enfin, la richesse en acides gras du lait maternel permet une bonne constitution du cerveau de bébé. Et la majorité des études réalisées sur ce sujet ont permis de déterminer que les enfants allaités avaient de meilleurs résultats aux tests d’intelligence.

L’allaitement est aussi un bon remède pour maman

Eh oui, on fait beaucoup de boulot, mais ça vaut aussi la peine pour nous !!

La production du lait maternel et l’allaitement permet de perdre le poids pris pendant la grossesse. C’est un sacré avantage non ?

Alors oui ce n’est pas du jour au lendemain et je te montrerai aussi ce que j’ai fait pour arriver à mes fins et perdre le poids de grossesse.

L’allaitement par l’activité normale de la poitrine (sécrétion d’hormones / fonctionnement des glandes mammaires…) permet de réduire le risque du cancer du sein et de l’ovaire. Comme lors de l’allaitement et ce juste après l’accouchement, les organes génitaux se remettent plus rapidement en place et reçoivent des hormones pour leur bon rétablissement.

Pour finir, l’action d’allaiter de façon exclusif et de façon prolonger permet de retarder le retour des menstruations. Ce qui a pour but de moins fatiguer l’organisme féminin.

Profitons donc de l’allaitement autant pour bébé que pour maman et en plus cela nous rapproche.

L’allaitement permet de créer un lien d’attachement

De nombreuses instances internationales ont affirmé que la proximité mère-enfant et l’allaitement maternel favorisent les liens d’attachement.

L’allaitement maternel est, par sa base physiologique, le prolongement naturel de la grossesse. Pendant la grossesse le bébé est nourri par « perfusion » par le cordon ombilical et à la naissance son alimentation change et se prépare spécialement pour lui. Il était décrit dans le temps que la « montée de lait » était le transfert de la circulation sanguine de l’utérus au sein pour la fabrication du lait. Je trouve cette image très belle et très logique. Tu ne trouves pas ?

Ce lien d’attachement se fait très vite. Enfin à mon sens, car dès la première mise au sein, dès le premier regard de bébé dans les yeux de mamans il se passe quelque chose. Alors, oui tu peux avoir des douleurs et des sensations tout à fait nouvelles, mais ce moment existe. Moi je l’ai vécu et avec mes deux pépéttes.

Des études scientifiques en parlent

De plus, des preuves scientifiques existent. Le Dr Kerstin Uvnas-Moberg, professeur de physiologie et spécialiste de l’ocytocine a par exemple mis en évidence l’action de cette hormone sur l’attachement du bébé et de sa mère. Cette hormone est très importante chez nous, humain. Elle joue notamment un rôle dans l’accouchement, mais pas que ; elle a un rôle dans la confiance, l’empathie, la sexualité… L’ocytocine est sécrétée 8 à 12 fois par jour et est déclenchée par la succion du bébé. Plus on allaite, plus on en sécrète plus on développe une intuition envers son bébé.  On développe également un comportement protecteur envers notre mini-nous.

L’ocytocine, une hormone puissante

Chose très intéressante à son sujet, le Dr Uvnas-Moberg a également démontré qu’elle avait une action direct sur le lait maternel en adaptant la température corporelle de la mère à celle du nouveau-né pour minimiser les pertes caloriques, diminuer la tension artérielle maternelle et les hormones du stress. C’est donc tout bénéfique non ?? Cette même hormone diffusée au bébé par le lait lui permet d’être plus calme et serein. Ce qui se voit directement à la mise au sein :p (les petits yeux partent en arrière).

Ainsi oui, le lait maternel est bénéfique à l’attachement de bébé à maman. Mais oui, on est d’accord cela ne fait pas tout, il y a aussi l’environnement de la famille. D’autres études montrent que si un bébé se sent en effet en sécurité, il s’attachera facilement à un adulte que ce soit la maman ou une autre personne.

En conclusion

Le lait maternel a un grand rôle dans l’attachement mère-bébé mais aussi sur la santé des deux. Et cela est gratuit !!! Alors, oui j’ai opté pour l’allaitement et je n’ai aucun regret.Mes filles se sont très bien développées, peut-être trop vite ^^ ça fatigue lol. Mais chose importante à mon sens, elles n’ont jamais été malades ou très peu. Ma première, le jour de ses 1 an alors qu’elle nous sortait une dent. Elle a juste eu un petit rhume et une petite fièvre (on en reparlera mais la fièvre est bénéfique si elle ne dépasse pas non plus un maximum! ). La deuxième juste le nez qui coule un peu lors des sorties des dents. Je n’ai encore jamais eu à faire face à de grosses gastro ou grippes.

De ce fait, l’allaitement est pour moi THE solution a beaucoup et il est important d’y réussir si tel est notre envie. Je souhaite donc t’aider à y arriver avec les conseils des experts et des astuces que j’ai pu utiliser lors de mes allaitements.

À bientôt les mam’s

PS : Si tu souhaites obtenir « 7 astuces pour démarrer son allaitement sereinement », je te propose de télécharger mon E-book gratuit ci-dessous 😉 Je te parle de ce que j’ai vécu et comment cela m’a aidé.

Faut-il se préparer à l’allaitement ?

Faut-il ou ne faut-il pas se préparer à l’allaitement ? Il n’y a pas pour moi de bonnes ou mauvaises réponses cela dépend de ton tempérament.

Pour ma part, je me suis préparée et je pense que cela a en effet fait partie de ma réussite dans mon 1er allaitement.

Comment m’y suis-je prise ? J’y arrive ===>

Comme beaucoup, j’ai fait des achats sur le sommeil de bébé, l’allaitement, les recettes DME (article sur le sujet à venir ^^ ) et ma bibliothèque c’est fortement remplie. Mais dans ces livres, il me manquait de réels retours et témoignages de mamans.

Il y a quelques années encore, les familles vivaient proches.  Les tantes, grands-mères, grandes-soeurs aidaient les nouvelles mamans, d’une part avec bébé (le positionnement, le change…) et d’autre part à la maison. Maintenant, les familles sont plus éclatées et soutiennent, mais je trouve de façons différentes. Vous ne trouvez pas ? Je trouve que les gens donnent plus facilement de l’argent ou des cadeaux plutôt que de leur temps. Après si cela te convient pas de souci, nous avons tous des souhaits et attentes différents. Mais pour ma part, j’aurai voulu plus d’aide pour débuter mon allaitement et me sentir moins seule. Heureusement que j’avais mon Homme qui était là !! Merci mon chéri 😉  Mais je parlerai du commencement de mon premier allaitement dans un autre article (lien à venir).

Pour en revenir à la préparation de l’allaitement, je me posais ce genre de questions qui je pense ont déjà dû t’arriver en tête :

  • Si j’ai les mamelons sensibles, est-ce que je dois les préparer ?
  • Est-ce que je peux être aidée ?
  • Peut-on apprendre des choses avant de commencer l’allaitement, positions bébé…. ?

Mais on aura beau se préparer, cette première rencontre va tout chambouler. Crois-moi !! J‘aime beaucoup cette phrase qui dit « L’accouchement est le seul rendez-vous à l’aveugle où vous êtes sûre de rencontrer l’amour de votre vie »

On a beau se dire « ça y est je vais être maman » on ne sera jamais prête à cette première rencontre. Mais il est vrai que l’on veut bien faire alors voici quelques pistes pour vous aider à vous préparer :

  1. Préparer ses seins, c’est possible. Alors ça n’empêchera pas d’avoir des douleurs et des crevasses, mais dans tous les cas cela peut aider. Comment ? En te massant la poitrine avec des huiles, en portant tes vêtements sans soutien-gorge pour habituer les mamelons aux frottements. Il existe même des pinces mamelons pour les étirer un peu :p. Ça c’est pour le cas où ils sont pas trop ressortis. Je t’avoue celui là j’ai pas essayé mais qui sait ?? On peut être prête à tout pour moins souffrir. Et qui tente rien n’a rien 😉
  2. Prends contact avec des groupes facebook sur l’allaitement, va dans un groupe de la Leach League. Tu peux en trouver ici. Ces groupes te permettront de poser les questions, d’entendre le vécu de femmes qui te prépareront à ce que tu vas vivre et de voir des mamans allaiter aussi. Car ce n’est pas forcément facile.
  3. Parle à ton entourage de ton souhait d’allaiter et de ton souhait de respecter ce choix. Plus ils seront ce que tu veux réellement plus ils te laisseront tranquille lors du début.
  4. Prends rendez-vous avec une consultante en lactation ou une sage femme réputée pour l’allaitement afin de voir avec elle les positions de bébé. Car plus on s’est entrainé ou on a visualisé les bons mouvements plus on sera à l’aise le moment venu. Moi je l’ai fait et ça m’a rassuré. Je n’étais pas totalement dans l’inconnu.
  5. Achète un coussin d’allaitement 😉 très pratique pour laisser tes bras au repos lorsque bébé tété longtemps.

Libre à toi de voir comment te préparer si tu as des idées fonce. Tout ce qui te prépare te rendra plus forte mais n’oublie pas que tu auras cette part de surprises.

Tu as des questions sur les crevasses, les douleurs lors de l’allaitement ? Un article arrivera bientôt pour y répondre. Mais libre à toi de me laisser des questions ou commentaires. Je serai contente de pouvoir t’aider…

PS : Je te propose gratuitement mon E-Book « 7 astuces pour démarrer sereinement son allaitement » si cela t’intéresse mets ton adresse email ci-dessous 🙂